Tu vois, le monde se divise en deux catégories… Ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent.

By Wednesday, May 7, 2014 1 No tags Permalink

Nous, c’est-à-dire tout ceux qui ont cru et continuent peut-être de croire à un dollar plus fort, on creuse. Mais qui tient le flingue ?

CHF

Le franc suisse continue de s’échanger à des niveaux très élevés contre euro et dollar, notamment à cause d’une balance commerciale immensément excédentaire (13% du PIB pour la totalité de l’année 2013). A cela il faut ajouter des chiffres américains largement décevants, notamment de la production industrielle, qui ont contribué à prévenir toute baisse de notre monnaie nationale. Cependant, si la contraction de leur bilan opérée par les banques suisses ainsi que la rapatriement des actifs étrangers ont été les facteurs clé de la hausse du CHF depuis la crise financière de 2008, les flux d’investissements commencent à se rediriger vers l’international, ce qui devrait faire pression sur le CHF à moyen terme.

EUR

L’ensemble des analystes prévoyaient pour 2014 une baisse de la monnaie unique, tout particulièrement contre dollar. Pour l’instant, force est de constater qu’il n’en est rien, poussant même les investisseurs à capituler devant la vigueur de l’euro. Deux explications peuvent être avancées : d’une part la faible marge de manœuvre de la BCE que personne ne pressent intervenir pour baisser encore les taux ou injecter des liquidités et d’autre part certains fonds souverains et banques centrales qui essayent de diminuer la part du dollar dans leurs réserves au profit de l’euro.

USD

Si la fin 2013 et le début 2014 ont vu la publication de chiffres économiques encourageants outre Atlantique, les mois de mars et avril laissent une impression mitigée quant à la vigueur de la croissance, notamment au regard du dernier chiffre du PIB publié cette semaine, qui a largement déçu les investisseurs. La Fed a quant à elle poursuivi son programme de diminution d’injection de liquidité (le fameux « tapering »), ce qui aurait dû se traduire par un soutien du dollar. Mais une fois encore, la réaction du marché a défié toute logique en sanctionnant le dollar, ce qui témoigne d’une défiance croissante du marché envers le discours qui a dominé les marchés depuis maintenant plus d’un an, qui peut se résumer ainsi : moins de liquidités injectées par la Fed donc les taux vont monter, donc le dollar va progresser. Le nouveau paradigme serait plutôt : « on s’est fait avoir pendant un an, faisons le contraire, ça va sans doute marcher ».

Voilà pour nous ce fût un honneur de vous avoir comme lecteur et ce sera exceptionnel si vous le restez.

Xavier

1 Comment
  • Mr WordPress
    June 2, 2014

    Hi, this is a comment.
    To delete a comment, just log in and view the post's comments. There you will have the option to edit or delete them.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*