Quand y’en a plus, y’en a encore

By Tuesday, October 8, 2013 0 No tags Permalink

Nous vous faisions part dans notre précédente édition de notre lassitude voire de notre désarroi à commenter une actualité « dollaristique » jouant avec les nerfs des investisseurs. La fin du mois de septembre n’y a malheureusement pas dérogé, entraînant le dollar dans un mouvement adverse dont la violence nous surprend encore.

USD vs Monde

Le mois de septembre a été caractérisé par une forte pression à la vente s’exerçant sur le dollar, en raison d’une part d’une Fed qui manque de clarté et de cohérence quant à la diminution du « quantitative easing » et d’autre part des déboires politiques entre républicains et démocrates menant au « government shutdown » et à l’impasse du « debt ceiling ».

S’il est peu probable qu’une issue favorable ne soit trouvée à cette crise du budget et que donc les Etats-Unis fassent défaut, nous pensons néanmoins que le dollar restera sur une pente descendante au moins encore pour quelques semaines. En effet, le chômage technique du gouvernement a un double coût pour le dollar : d’une part il est estimé en termes de croissance à 0.14% du PIB américain par semaine de et d’autre part il interrompt la publication des chiffres économiques, qui sont par leur dynamique positive depuis quelques mois à l’origine de la montée du dollar.

CHF

Notre franc national, dont la plupart des investisseurs attendaient la dépréciation, est resté solide face à la monnaie unique durant ces dernières semaines, avec pour principale thématique les flux de capitaux : si la Zone Euro donne de plus en plus des gages de stabilité financière et économique et que par conséquent la thématique « valeur refuge » du franc suisse s’est érodée, les investisseurs n’en restent pas moins prudents quant à leur allocation d’actifs.

Le marché attendait en effet une réallocation des capitaux de la Suisse vers l’Europe, mais qui ne s’est pas encore produite en raison de la méfiance qu’inspire encore les marchés actions et obligations de la zone euro et ce malgré une BCE confiante dans les fondamentaux de la zone euro. Compte tenu de notre scénario baissier sur le CHF et sachant que l’EUR a atteint en ce début de mois un point bas (1.2225), nous invitons nos clients vendeurs de CHF à ne pas retarder outre mesure leurs transactions, et inversement, nos clients vendeurs d’euro seraient avisés de ne pas se précipiter.

GBP

L’évolution de la livre sterling, dont nous n’avons pas parlé depuis un certain temps, retient notre attention depuis quelques semaines dans sa résilience face au CHF. C’est en effet une des seules devises qui a depuis le début du mois d’août progressé face à notre franc suisse et contrairement aux autres devises (EUR, USD, JPY) dont le parcours est régulièrement pollué par les déclarations des uns et des autres, cette progression du GBP est principalement soutenue par les fondamentaux économiques de son économie qui s’améliorent de publication en publication.

Tous les indicateurs semblent être en faveur d’une livre plus forte, nous amenant ainsi à renouveler notre conviction haussière.

Voilà pour nous ce fût un honneur de vous avoir comme lecteur et ce sera exceptionnel si vous le restez.

Xavier

No Comments Yet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*